Ca bouge, ça bouge!!!!

jongle livres

Ma PAL s’allonge grâce à l’aide de différents partenaires:

Les éditions Vérone

Les éditions Mélibée

Les éditions Préludes

Les éditions Baudelaire

Qui ont eu la gentillesse de m’adresser plusieurs romans très prometteurs…

Je vous en dis plus dans quelques jours…

Publié dans : PAL | le 27 novembre, 2016 |Pas de Commentaires »

« Quand ta lettre est arrivée » de Nicolas Carteron

IMG_0144

Les romans prennent parfois de drôles de chemins pour venir jusqu’à nous…

Celui-ci a pris la forme d’un message adressé sur mon compte Babelio par une certaine BooKiWooki qui souhaitait me faire connaître un jeune auteur, Nicolas Carteron, et plus particulièrement son dernier roman, « Quand ta lettre est arrivée » en m’assurant que la gentillesse de l’écrivain et son talent allait me plaire.

Comment résister à une telle promesse?

J’ai donc commandé ce livre et attaqué la lecture.

L’histoire s’ouvre sur Lucie, une femme dont la vie est d’une désespérante routine : un boulot de postière, un petit ami « par défaut » et beaucoup, beaucoup de solitude. Un jour, elle reçoit une nouvelle qu’elle n’attendait plus: sa mutation pour le département des lettres perdues de Libourne est acceptée. Saisissant au vol cette chance, elle accepte et déménage pour tourner la page.

Alors qu’elle débute à peine son nouveau poste, une maladresse lui permet de découvrir une lettre très émouvante d’une mère à son fils. Emue par cette histoire en filigrane qu’elle devine à travers ces quelques lignes, elle décide de retrouver le destinataire de ce courrier très intime et fait ainsi la connaissance d’Adrien. Ce dernier, déjà très éprouvé par des deuils récents, ne sera pas forcément très réceptif à sa démarche au premier abord. C’est pourtant le début d’une enquête très intime et touchante.

Mon avis:

Je suis contente d’avoir cédé au chant des sirènes ;-) .

L’histoire de Lucie m’a touchée. Sa solitude, ses souffrances passées, son impression d’être « à côté » de la vraie vie m’ont émue et je n’ai pu m’empêcher de penser au personnage de Julie dans « demain j’arrête! » de Gilles Legardinier. Elles auraient pu être amies ces deux-là…

Le roman explore la quête d’identité à travers de l’histoire familiale d’Adrien: sommes nous prêt à tout entendre? Pouvons nous supporter les conséquences des silences et des secrets de ceux qui ont voulu nous protéger, se protéger? C’est aussi un récit qui parle de la solitude, de cette mise à l’écart que l’on peut ressentir lorsqu’on est solo et qu’on le vit mal.

J’ai beaucoup aimé ce roman dont le déroulé de l’histoire est fluide, plutôt bien construit dans son intrigue.

Seul bémol, l’écriture m’a paru un peu convenue, trop policée, notamment dans les dialogues. Je pense que l’histoire pourrait gagner en puissance avec un language moins retenu, quelque chose de plus naturel.

Chapeau bas Monsieur Carteron!

 

Publié dans : Livres | le 26 novembre, 2016 |2 Commentaires »

La Kube, Kesako?

lakube

La Kube, c’est un nouveau concept de box littéraire.

Comme pour les autres box, vous choisissez votre abonnement et vous recevez chaque mois:

- Un kit d’indispensables comprenant des accessoires liées à la lecture et l’écriture

- Un roman

- Des goodies

Là où cette box se différencie des autres, c’est dans le choix du roman.

Une équipe de libraires indépendants s’est joint à l’aventure et vous déniche LE livre qui correspond à vos envies.

Comment est-ce possible?

Lors de votre commande, vous remplissez un court questionnaire pour y expliquer ce que vous souhaitez lire:

Quel genre? Quel style? Votre humeur du moment? Vos goûts? Vos envie d’évasion, de rire, de pleurer?

Votre demande est ensuite transmise au libraire qui se charge de dénicher pour vous LA perle du mois.

Sympa non?

En plus, c’est vous qui choisissez aussi votre degrés de surprise.

Un mail peut vous être adressé pour que vous confirmiez le livre proposé, vous pouvez choisir le libraire ou non, et garantie suprême, si le livre reçu ne vous plaît pas vous pouvez demander à le changer.

Tout cela pour un prix de 15€/mois (+frais d’envoi).

Je trouve ce concept vraiment top tant pour l’aspect surprise, que par la sensation d’être vraiment conseillé par des professionnels.

Et c’est une façon de sortir de système « grosses structures commerciales de masse » pour mettre en avant nos libraires qui sont toujours de grands passionnés.

En ce qui me concerne, la commande est passée et je devrais recevoir ma Kube vers le milieu du mois prochain.

Donc chronique à suivre…

Publié dans : BOX | le 23 novembre, 2016 |1 Commentaire »

« 13 à table » édition 2016 par un collectif d’écrivains

13-ecrivains-se-mobilisent-pour-les-restos-du-coeur-avec-13-nouvelles-sur-le-theme-du-repas-d-anniversaire-pour-chaque-livre-achete-quatre-repas-sont-distrib

L’idée:

Les restos du cœur en partenariat avec Pocket réunissent depuis maintenant plusieurs années 13 auteurs contemporains autour d’un thème commun pour nous proposer ainsi 13 nouvelles inédites.

Cette année le thème était L’anniversaire.

Ce recueil, vendu 5 euros permet à l’association de distribuer 4 repas aux plus démunis.

Mon avis:

Déjà fan du principe l’année dernière, j’ai bien sûr remis le couvert cette année.

D’une manière générale, j’ai été un peu déçue à vrai dire. La plupart des nouvelles sont certes, et évidemment, très bien écrites mais il m’a un peu manqué la diversité de genre de l’année dernière.

Cependant, quelques nouvelles sortent vraiment du lot et m’ont données quelques émotions:

* La plus cocasse:

Romain Puértolas  « Les 40 ans d’un fakir ». Dans la lignée de son fameux et déjanté « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » (en fait c’est la suite), on s’esclaffe de l’incongruité des situations. On retrouve avec bonheur des personnages hauts en couleurs (et en nom… Tom Cruise-Jésus, jeune gitan pour ne citer que lui). On s’émeut aussi de l’innocence et de l’amour de ce joyeux mélange de culture.

* La plus surprenante:

Franck Thilliez « Lasthénie ». Mathias, un homme altruiste au grand cœur qui sillonne l’Europe pour donner son sang, extrêmement rare. Catherine, jeune femme souffrant d’une maladie mystérieuse est, elle aussi, porteuse de ce rhésus sanguin unique. Vont-ils se rencontrer? Et à quel prix? Une nouvelle réellement prenante tant l’intrigue est forte. Au bout du chemin, un final puissant qui m’a soufflé. Je l’avais pas vu venir.

* La plus douce:

Agnès Martin-Lugand « Merci la maîtresse ». Lorsque Sophia se retrouve obligée d’organiser l’anniversaire de son fils pour l’école, elle panique: l’organisation et elle, ça fait 2! C’est aidé d’Eric, un autre papa tiré au sort lui aussi, qu’elle devra relever ce challenge pour l’amour de leur deux enfants. Une jolie nouvelle qui ne m’étonne par de l’écrivain. C’est joli, joyeux, doux, et un peu bordélique aussi et bruyant! Comme la vraie vie avec des enfants!

On peut citer également le récit de Bernard Minier « L’échange » qui nous mène aux portes de la folie, celui de Maxime Chattam « Le chemin du diable », très effrayant et la nouvelle de Karine Giébel  » J’ai appris le silence » où le concept de justice prend une tournure très personnelle.

Faire une bonne action, savourer quelques nouvelles sympas, découvrir des auteurs qu’on ne lit pas (encore), ajouter un livre à sa bibliothèque, autant de raisons de ne pas passer à côté de recueil!

Publié dans : Livres | le 22 novembre, 2016 |1 Commentaire »

« Avant toi » de Jojo Moyes

avant toi

Le pitch:

Dans une bourgade perdue d’Angleterre, Louisa, dite Lou, mène une vie étriquée et morne. Lorsqu’elle se retouvre au chômage suite à la fermeture du café où elle travaillait, elle accepte par dépit un job d’aide soignante auprès de Will, un homme tétraplégique. Les débuts sont difficiles. Will est réfractaire à toutes les tentatives de Lou pour le divertir. Mais le caractère bien trempée et la détermination de la jeune femme finissent par porter leurs fruits. Cependant, le temps est compté: Lou apprend qu’elle dispose de seulement six mois pour empêcher Will de se donner la mort.

Mon avis:

Je dois reconnaître que je m’attendais à tout autre chose lorsque j’ai acheté ce roman. La couverture montre un couple jeune et beau qui semble attirés l’un par l’autre et la 4ème de couverture semble évoquer une romance.

Aussi, j’ai mis presque la moitié du livre pour réussir à mettre dans l’histoire et à comprendre où l’auteur voulait nous emmener.

Ensuite, je n’ai plus réussi à le lâcher.

Ce livre aborte le thème difficile et contreversé de l’euthanasie. Les différentes prises de position y sont présentes mais sans caricature. On y découvre également – personnellement je n’ai pas de personnes handicapés parmi mes proches – la réalité et le quotidien de ces personnes pour qui la vie a basculé suite à un accident: ce n’est pas seulement le fait d’être « bloqué » dans un fauteuil. Il y a les risques de maladie, le corps qui ne fonctionne plus comme avant et cela nécessite beaucoup d’aménagement, de précaution, la dépendance qui est souvent très lourde à accepter surtout pour les gestes les plus intimes…

Le récit met en lumière aussi la fragilité de la vie et la question de savoir ce que l’on souhaite en faire.

Il y a aussi – quand même – une belle histoire d’amour.

Au final, non seulement j’ai aimé ce roman, mais j’ai plutôt hâte de découvrir la suite, logiquement intitulée « Après toi ».

Publié dans : Livres | le 18 novembre, 2016 |5 Commentaires »

Et si vous repreniez un peu de « Feel Good »?

feel good

Ce matin, mon regard allait de la fenêtre – ciel gris, couvert, pluie fine, hiver qui s’annonce, feuilles mortes – à ma bibliothèque bien fournie.

C’est un fait la période est morose tant par ce qui se passe autour de nous – la violence sous toutes ses formes, les nouvelles qui nous plombent, la crise qui semblent justifier toutes sortes d’augmentations j’en passe et des meilleures – qu’intérieurement – perte d’estime de soi, tristesse, mélancolie… la liste de nos maux est longue!

Est-ce une raison pour se laisser doucement porter par cette vague sombre qui nous tire vers la bas?

Ami(e)s lecteurs(trices), c’est le moment de se secouer! De rire! de retrouver l’espoir d’une vie plus douce! d’engranger des ondes positives!

Je vous propose une liste (non exhaustive) de roman Feel Good pour se faire du bien au moral.

1. Le roman original et déjanté:

le vieux qui ne voulait paslesmilliarddedollarsl-extraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-coince-dans-une-armoire-ikea-tea-9782842637774_0

Quand on est submergé par la routine, le formatage, la vie « sérieuse » d’adulte faite de multiples obligations, il y a un moment où un peu d’excentricité ne fait  pas de mal. Alors, je vous propose de faire une fugue avec Allan Karlsson, ce « Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson, de répondre avec humour aux spams africains dans « Les milliards de dollars de Léon Robillard » de Vincent Malone ou encore de vous installer confortablement pour vivre « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » de Roman Puértolas.

2. Le roman tendre, drôle et positif:

completement cramél'immeuble des femmesLes-tribulations-de-Tiffany-Trott

Parfois on a juste besoin de quelques grammes de tendresse dans un monde de brutes …

… pas d’homme-sandwich à l’horizon avec un slogan Câlins gratuits à l’horizon?

Dans ce cas, ruez vous sur « Complétement cramé » de Gilles Legardinier pour suivre les péripéties d’Andrew Blake, entrepreneur las de tout qui décide de quitter sa vie confortable en Angleterre pour devenir majordome en France. Faites connaissance avec les résidentes de « L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » de Karine Lambert ou riez des « Tribulations de Tiffany Trott » qui teste les différents moyens modernes pour rencontrer l’homme de sa vie.

3. Le roman qui vous donne des pistes pour vivre mieux:

ta deuxieme vieles dieux voyagentdieu est un pote

Vous vous sentez mal dans votre peau? Vous êtes perdu? Tiraillée entre vos désirs profond, faire plaisir à vos proches et remplir vos obligations? Certains auteurs sont des pros du coaching et vont vous guider vers un mieux être.

Raphaëlle Giordano dans « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » nous donne les clés pour reprendre sa vie en main et en faire ce que l’on en veut. Tout comme Laurent Gounelle avec « Les dieux voyagent toujours incognito »: alors qu’il est prêt à se jeter dans le vide, un homme sauve la vie d’Alan et lui demande en échange d’accomplir différentes choses inédites et incongrues pour le jeune homme qui s’abandonne au bon vouloir de son sauveur. Toujours avec cette notion d’être suprême Cyril Massaroto nous charme littéralement avec « Dieu est un pote à moi ». Imaginez le vendeur d’un sex-shop qui rencontre dieu et refait le monde – façon de parler – avec lui comme on papoterait avec son meilleur ami?

Voilà quelques idées de lecture bien-être à mettre dans votre PAL en espérant qu’elles vous feront autant de bien à vous qu’elles m’en ont fait  ;-)

Publié dans : PAL | le 16 novembre, 2016 |Pas de Commentaires »

Concours d’écriture avec Vendredi Lecture

VL-Noel-1-740x493

 

Voilà un petit concours bien sympa pour cette fin d’année qui approche!

Le défi? Imaginer un conte de noël en 24 phrases de 120 signes chacunes.

Le gagnant sera publié sur les compte FB et Twitter de Vendredi Lecture mais il remportera également la possibilité de participer à un atelier d’écriture en ligne, offert par Publishroom .

A vos plumes!

Plus d’informations par ici:

http://www.vendredilecture.com/concours-ecrivez-conte-de-noel/

Publié dans : concours | le 16 novembre, 2016 |Pas de Commentaires »

Interview

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous propose une courte vidéo de Gilles Legardiner de passage ce matin dans l’emission Dans quelle éta-gère pour nous parler de son dernier roman « Le premier miracle » dont je vous ai parlé il y a quelques temps.

Gilles Legardinier « Le premier miracle »

Qu’en pensez vous? Ca vous donne envie de découvrir le roman? Ou peut-être est-ce déjà fait?

 

Publié dans : Interview | le 14 novembre, 2016 |2 Commentaires »

« Chanson douce » de Leïla Slimani

Le pitch:

Myriam et Paul sont les heureux parents de deux jeunes bambins, Adam et Mila.

Mais la jeune femme ne supporte plus son statut de mère au foyer et souhaite reprendre sa profession d’avocate. Après un recrutement basé sur leurs critères stricts de parents exigeants, ils décident d’embaucher Louise, une femme d’âge mûr, discrète et qui se révèle être plus que parfaite avec les deux enfants.

Louise prend alors progressivement une place prépondérante au sein de la famille. Cependant, au fur et à mesure du temps certains de ses comportements sèment le doute et le malaise s’installe.

Mon avis:

Je me pose souvent la question de savoir si un roman estampillé Prix Goncourt est meilleur que d’autres oeuvres parues la même année. Cette récompense, décernée par un jury de « professionnel » n’a pas forcément les mêmes critères de valeur, en tout cas d’intérêt, que ce que recherche un lecteur Lambda. Mon avis est donc assez mitigé.

Il se dégage de ce roman un indéfinissable malaise qui commence dès les premières phrases, froides et tranchantes. Elles apportent un contraste saisissant avec le titre.

Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert.

Le ton est donné et l’intrigue est ailleurs. Comprendre pourquoi et comment on en est arrivé là. Qui est vraiment Louise, cette femme solitaire, secrète, réservé, maniaque à l’excès et qui se dévoue corps et âme aux enfants dont elle a la garde? Pouvait on voir, prévoir ce qui allait arriver? Qui est responsable? La solitude, l’indifférence, la confiance un peu trop aveugle, la société?

L’écriture est précise, puissante et s’accompagne souvent d’images plus poétiques et délicates mais la gène persiste et je ressors de ce roman perturbée et plombée. Je ne suis pas sûre d’avoir compris le pourquoi (c’est arrivé).

Publié dans : Livres | le 13 novembre, 2016 |2 Commentaires »

« Ne lâche pas ma main » de Michel Bussi

ne lache pas ma main

Le pitch:

Martial et Liane Bellion passe des vacances paradisiaques sur l’île de la réunion avec leur petit Sofa, âgée de 6 ans.

Lorsque Liane disparaît inexplicablement de leur chambre d’hôtel, l’étau se resserre autour de son mari. Acculé, celui-ci décide de s’enfuir avec son enfant et une course-poursuite avec la police démarre.

Une traverse de l’île dangereuse, ponctuée de paysages magnifiques et de cadavres.

Mon avis:

Difficile de résumer un tel thriller sans trop en dire.

Dès le début, on sent que quelque chose cloche. Comprendre quoi et pourquoi nous entraîne à faire défiler les pages sans pour autant réussir à éclaircir toutes les zones d’ombres qui, au contraire, se multiplient.

Jusqu’à la dernière ligne de la dernière page, il y a une révélation. Un polar bien menée que Michel Bussi accompagne comme toujours (« Un avion sans elle », « Le temps est assassin », « Maman a tort ») de paysages époustouflants et sauvages et de jeunes personnages courageux et émouvants.

A déguster avec un verre ti punch bien frais ;-)

Publié dans : Livres | le 12 novembre, 2016 |2 Commentaires »
1...7891011...15

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja