« Un doux pardon » de Lori Nelson Spielman

undouxpardon

Une nouvelle mode fait fureur aux Etats Unis: Les Pierres du Pardon. Lancée par une certaine Fiona Knowles, le concept est simple: adresser une lettre d’excuses à la personne dont vous souhaitez le pardon accompagnée de deux pierres. Si cette dernière décide de vous pardonner, elle renvoie l’une des deux pierres.

Hannah Farr, présentatrice de sa propre émission de télévision à la Nouvelle Orléans, reçoit un jour une de ces lettres.

Bien loin d’une innocente anecdote, cet événement va replonger la jeune femme dans un passé qu’elle avait jusque là soigneusement mis à l’écart. De fil en aiguille, elle va se replonger dans une période douloureuse de sa vie et faire ressortir ses démons et ses blessures d’enfance au risque de bousculer complétement ce qu’elle a construit depuis.

Un roman qui fleure bon le guide spirituel, « Un doux pardon » est un livre qui fait la part belle la culpabilité. Mais il est parfois aussi difficile de de pardonner que de demander pardon. Le roman explore cette problématique et nous interpelle sur la portée de nos gestes: Tel le battement d’aile d’un papillon qui par événements successifs déclenche un cataclysme à l’autre bout du monde, il ne faut jamais négliger les dommages collatéraux de nos gestes et de nos mots. Et être prêt à en assumer les conséquences.

Publié dans : Livres | le 15 août, 2016 |Pas de Commentaires »

« Le livre des Baltimore » de Joël Dicker

lelivredesbaltimore

Le pitch:

Chez les Goldman, il y avait deux familles: les Goldman-de-Baltimore, classes, riches, intelligents, brillants, admirés de tous et les Goldman-de-Montclair, famille de la classe moyenne dont est issu Marcus. Alors qu’il s’installe en Floride pour écrire son prochain roman, le jeune homme nous replonge dans l’histoire d’Anita, Saul, Hillel et Woody, les Goldman-de-Baltimore, auxquels il voue une admiration sans bornes. A travers ses souvenirs, se profile le récit du Drame qui a frappé chacun de ces protagonistes comme un coup de tonnerre dans un ciel que l’on croyait sans nuage.

Mon avis:

Joël Dicker m’avait déjà fasciné dans « La vérité sur l’affaire Harry Québert ».  Il a l’art du récit  bien tourné, jamais ennuyant, toujours surprenant. Bien que baladé sans cesse entre différentes période de son histoire, le lecteur n’est jamais perdu. Le récit est fluide et l’auteur maîtrise parfaitement l’art du rebondissement et de l’humour sans esbroufe ni effet de manche. Ce roman est une belle et originale histoire qui parle de fraternité, d’amour familial, d’apparence et de secret de famille. Un très bon moment.

 

Publié dans : Livres | le 30 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Le temps est assassin » de Michel Bussi

le-temps-est-assassin

Le pitch:

A quinze ans, Clotilde Idrissi a vécu l’enfer: seule  rescapée d’un tragique accident de voiture en Corse, elle a perdu toute sa famille, ses parents et son grand frère Nicolas.

Vingt-sept ans plus tard, elle a enfin le courage de retourner sur les lieux du drame avec son mari Franck et leur fille Valentine. Elle espère retrouver ses souvenirs et peut-être comprendre ce qui s’est joué cet été là. A peine arrivé au camping des Euproctes, celui-là même où elle a passé tout ses étés d’enfance, elle reçoit un premier choc, sous la forme d’une lettre. Ecrite par sa mère.

Mon avis:

La carte postale d’abord. L’ile de Beauté est magnifiquement dépeinte. Ses plages, ses montagnes, son maquis, le soleil qui brûle la peau, l’eau turquoise…  Michel Bussi nous emmène visiter tout le nord ouest de la Corse peuplé de noms aux sonorités chaudes: Casa di stella, Punta Rossa, Petra Coda… nous familiarise avec sa gastronomie aussi. Une véritable immersion dans ce bout de France indépendant, sauvage, fier et peuplé de valeurs et de traditions.

L’intrigue ensuite. Un machiavélique sac de nœud patiemment noué mélangeant deux périodes, 1989 et 2016, finit par nous perdre complétement comme si l’on s’était promené et perdu dans le maquis, entouré de végétations tout autour mais qu’il n’y ai plus aucun chemin. Les amourettes de vacances, les souvenirs en flash-back, le code d’honneur corse, tout contribue au mystère avec beaucoup de génie.  Et un final explosif, intense et palpitant. J’ai adoré.

Publié dans : Livres | le 25 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Bridget Jones – Folle de lui » d’Helen Fielding

bridget-jones-folle-de-lui

Vous vous souvenez de Bridget? Ses listes interminables de bonnes résolutions, ses kilos en trop, ses bourdes monumentales…

Après « Le journal de Bridget Jones » et « Bridget Jones, l’âge de raison », nous retrouvons notre héroïne maladroite à une nouvelle étape de sa vie. Désormais dans la cinquantaine, elle doit faire face à la mort de son mari, Mark Darcy, et élever seule ses deux jeunes enfants. Retrouver un travail, parvenir à emmener les enfants à l’heure à l’école, gérer les nouvelles technologies et comprendre les nouveaux codes numériques de l’amour, autant de défis que Bridget doit relever.

Un nouvel opus sympathique mais pas aussi pétillant et hilarant que les deux autres. Est-ce pour cela que le cinéma lui à préféré une suite différente? (voir la bande annonce https://www.youtube.com/watch?v=ER7CeOp-zDQ )

Un roman qui aborde aussi le phénomène « cougar », les sites de rencontres, les réseaux sociaux… et fini (je pense que je peux le dire après tout cela reste un roman sentimental.. donc…) par un joli happy end.  A lire si à un moment donné de votre vie, vous vous êtes sentie un peu « Bridget » vous aussi!

Publié dans : Non classé | le 17 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Les milliards de dollars de Léon Robillard » de Vincent Malone

lesmilliarddedollars

Vous faites quoi vous, lorsque vous recevez un mail vous indiquant que la veuve d’un prince déchu de Centre-Afrique souhaite vous remettre une fortune parce qu’elle est atteinte d’une maladie en phase terminale et n’a confiance qu’en vous pour bien utiliser cet argent? Vous le mettez à la corbeille?

Léon, vieux garçon éleveur de cochon dans le Perche, lui, répond.

Cela donne un échange de correspondances très drôle et réjouissant. Au final, le piégé n’est pas celui que l’on croit et la candeur et la malice de l’un rivalisent avec la bêtise et l’appât du gain des autres.

Bien que j’ai lu ce livre il y a déjà deux ans, je voulais absolument vous en parler. ce roman est un vrai remède à la morosité et puis il est original et ça fait du bien!

Ps: les fotes d’ortaugraphe du livre fon parti du folchlore…

 

Publié dans : Livres | le 3 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Mon âme soeur »

porte-bleue

Voici un essai d’écriture de votre hôte dans le cadre d’un concours sur le site WeLoveWords …

http://http://welovewords.com/documents/mon-ame-soeur

 

Publié dans : Ecriture | le 2 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Les quatre saisons de l’été » de Gregoire Delacourt

les4saisonsdelete

14 juillet 1999. Au Touquet.

Du monde partout et une chaleur suffocante qui exacerbe les désirs de chair et les séductions d’un  été.

Quatre histoires qui se chevauchent nous raconte l’amour: le tout premier, le plus fort, le plus incroyable, celui qui dure ou dont on se souvient pour toujours comme une cicatrice toujours présente bien que légèrement atténuée par les années qui passent.

Que ce soit à 15 ans, 35, 55 ou 75 ans, l’amour c’est toujours le fil rouge de notre vie, celui qui nous porte entre espoir, désillusion, peine et résurrection.

Un roman languissant et nostalgique comme un été caniculaire de notre enfance mais aussi lumineux, doux et amère à la fois.

Publié dans : Livres | le 2 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

« Quarante tentatives pour trouver l’homme de sa vie » de Rachel Corenblit

40tentatives

 

Quarante chapitres et autant de façon de chercher l’amour.

Au supermarché, sur Internet, chez le médecin, avec un vieux copain du lycée, l’ex de sa meilleure amie…

A quarante ans, Lucie cherche… sans trouver.

Oscillant entre espoir incommensurable et détachement glaçant, Lucie est le type même de la femme/homme célibataire de notre temps. Déçue par ses précédentes peines de cœur, elle voudrait trouver l’amour et rompre cette solitude intolérable sans toutefois pouvoir y parvenir, faute à une trop grande exigence: trop petit, trop maigre, trop poilu, trop mou, trop cagneux, trop trop, trop pas assez…

L’auteur porte un regard sans concession et acéré sur les relations hommes/femmes contemporaines. Si les situations sont plutôt bien décortiquées et assez ironiques, j’ai ressenti surtout beaucoup de tristesse et de nostalgie en le lisant. A l’heure où la technique permet une communication sans frontière ni  barrière, la solitude est encore plus forte et la recherche de l’amour encore plus délicate.

Publié dans : Livres | le 28 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

« L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa » de Romain Puértolas

l-extraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-coince-dans-une-armoire-ikea-tea-9782842637774_0

Ajatashatru  Lavash Patel est fakir au Rajasthan.

Dans le cadre d’une mission de la plus haute importance (l’achat d’un nouveau lit à clous), il atterrit à Paris et se rend directement au magasin Ikea le plus proche (enfin proche selon les critère de Gustave Palourde, taxi gitan de son état) pour y effectuer son achat avec un billet de 100 euros imprimé d’un seul côté.

La suite est une aventure déjantée aux quatre coins du monde, peuplée de rencontres plus ou moins heureuses et d’une prise de conscience douloureuse et fulgurante.

Un roman qui vaut le coup d’être lu.

Déjà parce que le titre est marrant et le récit totalement déjantée et divertissant. On ne s’ennuie pas un instant.

Ensuite, parce qu’au delà du « road-book » et de l’histoire d’amour du personnage principal, Romain Puértolas aborde un thème plus que jamais d’actualité : les migrants. Avec une plume acérée il parvient l’exploit de mélanger l’humour et la gravité pour parler d’une situation inhumaine et nous renvoie au visage notre indifférence d’Européen trop gâté et égoïste. « L’extraordinaire voyage… » nous place du côté de ses hommes qui n’ont plus que leur honneur et leur espoir d’une vie meilleure et sont prêts à affronter les plus grands dangers pour y parvenir.

Une joli fable, un voyage incroyablement riche d’enseignement et une morale… un bon cocktail à savourer!

Publié dans : Livres | le 25 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

« Le mystère Henri Pick » de David Foenkinos

henri pick

 

C’est l’histoire d’une bibliothèque de livres refusés par les éditeurs, à Crozon, petit village breton.

Delphine Despero, jeune éditrice, et son compagnon Frédéric, écrivain malheureux, y découvrent un livre fabuleux écrit par un certain Henri Pick. Persuadés de tenir là un chef d’oeuvre, ils décident de l’éditer: c’est un succès. A tel point, que des vies s’en trouvent bouleversées pas toujours pour les raisons qu’on imagine.   Mais comment  Henri Pick, pizzaïolo  décédé deux ans auparavant a-t-il pu écrire une telle oeuvre sans que personne ne lui soupçonne ce talent? Un journaliste en mal de reconnaissance va se lancer sur la piste de la vérité…

Le nouveau roman de Foenkinos est d’abord à mon sens un joli clin d’œil aux écrivains en herbe de tout poil. Il dépeint avec beaucoup d’humour et de bienveillance l’envie qui sommeille en chacun de nous de devenir célèbre. Et pourquoi pas par l’écriture?

Un récit drôle, piqueté de petites annotations et d’insignifiantes précisions sur les personnages, qu’ils soient principaux , secondaires ou simplement figurants.  David Foenkinos a ce talent-là de donner de la « matière » aux personnages, un peu comme si il nous faisait visiter le village de son enfance pour nous présenter ses habitants.

Une histoire mystérieuse et rocambolesque, des personnages attachants, des répliques délicieusement drôles et une véritable intrigue.

A lire jusqu’à la dernière ligne, ça vaut le coup, je vous le garantit!

Publié dans : Livres | le 24 juin, 2016 |Pas de Commentaires »
1...1011121314

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja