« Face à la mer » de Françoise Bourdin

Facealamer

Le pitch:

Mathieu tient une grande librairie au Havre depuis plus de vingt ans. Il y consacre tout son temps et toute son énergie jusqu’au jour où le burn-out lui tombe dessus.

Du jour au lendemain, il se retrouver sans envie, apathique, au point de ne même plus parvenir à franchir a porte de son commerce.  Il se réfugie alors dans la maison de César, son ami décédé, à Sainte Adresse, et il tente de comprendre ce qui lui arrive et comment s’en sortir.

Tess, sa compagne, se sent impuissante à l’aider, Angélique, sa fille, s’efforce de rassurer les employés de Mathieu et est déterminée à sortir son père de cette puissante dépression. Mais un événement extérieur va peut être représenter le déclencheur inattendu qui va aider Mathieu à redevenir lui-même.

Mon avis: 

Un roman qui comme tout ceux de Françoise Bourdin se dévore. On y retrouver sa « patte »: des histoires de famille, des non-dits, des histoires d’amour, des paysages magnifiques et un certain intérêt pour la gastronomie. Cependant, j’ai trouvé ce roman moins inspiré que d’autres, un peu plus plat, moins passionné.

Le thème d’actualité que constitue le burn out y est pourtant traité sans emphase avec réalité et permet d’essayer de comprendre le mécanisme de cette dépression profonde.

Publié dans : Non classé | le 28 septembre, 2016 |Pas de Commentaires »

« Les enfants d’une autre » de Joanna Trollope

lesenfantsduneautre« Etre belle-mère, c’est comme recevoir une bombe à retardement dans les bagages de l’homme que l’on épouse »

Le pitch:

Josie et Mathew ont quitté leur conjoint respectif pour vivre ensemble. Il leur faut à présent composer avec les enfants que chacun d’entre eux a eu avant. Un exercice difficile, périlleux et décourageant où il ne faut pas compter sur la coopération des enfants, qui, tout à leur souffrance personnelle, voient l’arrivée d’une belle mère d’un bien mauvais œil.

Mon avis:

Un roman assez réussit dans le sens où il aborde dans toute sa réalité la difficulté de devenir « belle-mère ». D’abord, il y a une histoire d’amour, qui se concrétise par un mariage. Puis il faut apprendre à cohabiter avec des enfants qui ne sont pas les vôtres, que vous n’avez pas élevés, mais avec lesquels il va bien falloir cohabiter au quotidien. L’auteur détaille les sentiments de chacun: les enfants méfiant et récalcitrant à bien se comporter avec celle qui prend la place de leur mère, les pères complétement perdus et sans réaction, effrayés à l’idée de dire ou faire un faux pas qui fragiliserait encore plus cet équilibre précaire, les mâratres, enfin, mal vues avant d’avoir pu faire quoique ce soit. Pa un roman palpitant mais une chronique assez bien vue des familles recomposées.

Publié dans : Livres | le 19 septembre, 2016 |Pas de Commentaires »

« Kafka sur le rivage » de Haruki Murakami

kafka-sur-le-rivage

Le pitch:

Un adolescent qui decide de fuguer pour fuir une horrible prédiction. Un vieillard qui parle aux chats. Un groupe d’adolescent qui vit une expérience inquiétante au beau milieu de la forêt. Des maquereaux, des sangsues, des icones de la publicité américaine, des soldats…

Mon avis:

J’ai abordé ce roman de Murakami avec appréhension comme à chaque fois que je me lance dans la lecture de ce que la critique littéraire juge de « grande oeuvre ». Et les 150 premières pages ont bien failli me faire reculer. Et puis soudain, l’histoire bascule. Des liens se créent entre les différents personnages. Le mystère s’épaissit et en même temps, beaucoup de choses prennent sens. Ce livre est non seulement un roman d’apprentissage philosophique mais également un conte onirique où l’absurde frôle l’ordinaire, où la frontière entre rêve et réalité est mince comme du papier de soie, un poème comme seuls les écrivains asiatiques savent nous le décrire.

Une oeuvre dense et profonde qui mériterait d’être étudiée en classe tant elle recèle de subtilités et d’enseignements sur notre nature profonde et le sens de la vie et de la mort.

Publié dans : Livres | le 14 septembre, 2016 |Pas de Commentaires »

« Réponds, si tu m’entends » de Marian Keyes

repondsitumentend

Le pitch:

Anna Walsh a une vie de rêve à New York: un boulot dans une marque de cosmétiques réputée et Aidan, son mari, adorable et sexy.

Mais un grave accident l’expédie durant quelques semaines en Irlande, auprès de sa famille, gentiment déjantée.  Anna n’a cependant qu’une hâte: retrouver sa vie d’avant et Aidan, qui, bizarrement n’a pas donné une seule nouvelle de lui depuis le drame.

Mon avis:

Une fois n’est pas coutume, j’ai eu envie de chroniquer ce livre qui appartient au style « Chick-lit » (comprenez un style de roman écrit surtout pour les femmes où l’héroïne est une femme et dont on nous narre de façon souvent drôle, désinvolte et avec beaucoup d’auto-dérision ses aventures. Le genre d’histoire dont une femme d’aujourd’hui se projette facilement).

Bref, Passé le style girly de la couverture, l’histoire qui paraît de prime abord un peu superficielle ne manque finalement pas de consistance. L’auteur aborde ici le thème du décès et de la façon dont on subi la perte d’un être cher. Anna affronte différentes étapes classique du deuil et cherche un moyen d’y faire face avec plus ou moins de succès.

C’est drôle, légèrement impertinent (la famille Walsh, surtout la mère, vaut le détour), et ça permet de passer un moment très agréable.

Publié dans : Livres | le 5 septembre, 2016 |Pas de Commentaires »

« Vernon Subutex » de Virginie Despentes

Vernon_Subutex_tome_1

Le pitch:

Vernon Subutex, ancien disquaire parisien, est à présent en marge de la société.

Son magasin a fermé et à quarante ans, il éprouve le plus grand mal à s’en sortir financièrement. Son seul trésor reste la dernière interview inédite d’Alex Bleach, grande star de la musique aujourd’hui décédé d’une overdose. Ignorant que sa possession attise toutes les convoitises, il poursuit sa dérive en se faisant héberger de-ci de-là par d’anciennes relations auxquelles il ne rappelle pas que de bons souvenirs.

Mon avis: 

J’avais presque oublié l’écriture rageuse et violente de Virginie Despentes – Baise moi (1993) Les jolies choses (1998) Bye bye Blondie (2004). Ce livre démontre qu’elle n’a rien perdu de sa virulence. Chaque phrase est un coup de poing à tous les bobos parisiens et autres « bonnes âmes bien-pensantes ». Des avis tranchés, irrévérencieux et d’un insondable désespoir.

Au-delà du parcours d’errance de Vernon, ce roman est une pure chronique de l’âme noire du monde urbain: évolution du virtuel et conditionnement des hommes, vieillissement, désenchantement, violence ordinaire… Un livre a déconseiller aux êtres fragiles en quête d’idéal paradisiaque…

Avec en prime une culture musicale impressionnante.

 

 

Publié dans : Livres | le 3 septembre, 2016 |2 Commentaires »

Babelio défie la rentrée littéraire!

La rentrée littéraire de septembre est toujours un moment important pour les lecteurs acharnés que nous sommes.

Mais comment s’y retrouver dans la jungle des sorties? Que lire pour ne pas louper le meilleur? et question d’entre les questions: peut on tout lire?

Impossible? Peut être pas….

Babelio, site de critiques et d’échanges sur la littérature propose son « défi de la rentrée littéraire »! Le principe est simple:

Le site a répertorié l’ensemble des livres à paraître en septembre et octobre et vous propose de vous inscrire et de choisir un ou plusieurs livres pas encore chroniqués afin que tous ensemble nous réalisions l’exploit de faire le tour des oeuvres!

Vous voulez apporter votre pierre à l’édifice? C’est par ici: http://www.babelio.com/rentree-litteraire-2016

Publié dans : concours | le 28 août, 2016 |Pas de Commentaires »

« La patience du diable » de Maxime Chattam

La_Patience_du_diable

Le pitch:

Différents événements très rapprochés sèment la terreur en France: une tuerie dans un train, une fusillade dans un restaurant, des morts étranges et inexpliquées.

C’est dans cette ambiance tendue que Ludivine Vancker, lieutenant à la section de recherche de Paris, s’apprête à participer à un flagrant délit sur un go-fast.  L’arrestation est musclée et à la place de la drogue qu’elle pensait saisir, c’est une découverte bien pire qui l’attend… Une enquête ardue aux confins de la violence et de la perversité sur fond de délires satanistes.

Le diable serait-il parmi nous?

Mon avis:

Les Chattamistes m’avaient prévenue: une fois le roman commencé, il y avait peu de chance que je le lâche avant la fin. Je confirme.

Ce livre est d’une redoutable efficacité: les chapitres s’enchaînent tel une mécanique bien huilée et parfaitement rodée, et nous réservent à chaque coup une découverte, une révélation, un cliffhanger. Aucun temps mort, mais pas de précipitation non plus. Juste la bonne dose de suspens pour rendre accro.

Un roman qui n’est pas sans me rappeler ceux de Jean Christophe Grangé où l’horreur et la perversité ne connaît pas de limites. Je ne peux pas m’empêcher non plus de penser aux attentats qui ont frappé notre pays ces deux dernières années et l’on pourrait presque prendre le risque de dire que « La patience du diable » est à la limite du roman d’anticipation…

Publié dans : Livres | le 26 août, 2016 |Pas de Commentaires »

« La dernière réunion des filles de la station-service » de Fannie Flagg

ladernierereunion

Le pitch:

Mm Earl Poole Junior dite Sookie mène une vie paisible mais bien remplie à Point Clear, Alabama. Entre l’organisation des mariages successifs de ses filles et sa mère de 88 ans, l’excentrique Lenore Simmons Krackenberry dont la confiance en elle n’a d’égal que les réflexions blessantes dont elle abreuve Sookie, qui elle, ne rêve que de passer enfin du bon temps avec son mari.

Lorsque Sookie reçoit un jour un courrier lui apprenant l’existence d’un secret de famille particulièrement bien gardé, ses certitudes sur sa vie volent en éclats et elle se voit obligée de tout remettre en question à commencer par sa propre connaissance d’elle-même. Elle va également découvrir la vie de Fritzi, jeune femme rebelle et indépendante qui a tenu en 1940 une station-service avec ses trois sœurs.

Mon avis:

Un roman qui peine un peu à nous entraîner dans son sillage au début. Mais je vous conseille de persévérer car il vaut la coup d’être lu.

Tout d’abord, il faut préciser qu’il est construit par courts chapitres qui abordent successivement l’histoire de deux femmes a deux époques différentes: Fritzi et sa personnalité hors du commun qui a lui a permis de réaliser beaucoup de choses qu’aucune femme dans les années 30 et 40 n’aurait osé accomplir, et Sookie, une femme de 60 ans à notre époque obligée de partir à la conquête de ce qu’elle est vraiment, sa personnalité, son caractère et ses origines.

Ce livre rend tout d’abord un bel hommage au WASP, Women Airforce Service Pilots, ces femmes qui lors de la seconde guerre mondiale ont délaissées leur vie de femme au foyer pour devenir pilote dans l’armée et combattre activement. On ne peut que se sentir portée mais un tel courage et une telle volonté d’agir.

Ensuite c’est un roman très drôle. Sookie est une femme plutôt conformiste mais en même temps avec un très léger grain de folie qui rend certain rapport aux autres vraiment amusant et émouvant. Sans compter Lenore, sa mère, personnage haut en couleur et complétement dénuée d’humilité.

Un bon moment avec ce livre qui donne envie de découvrir les autres romans de l’auteur, « Beignets de tomates vertes » et « Miss Alabama et ses petits secrets ».

Publié dans : Livres | le 21 août, 2016 |Pas de Commentaires »

« Fleur de tonnerre » de Jean Teulé

Fleur-de-tonnerre-Jean-Teulé

Hélène Jégado, dite « Fleur de tonnerre », est à ce jour encore considérée comme l’empoisonneuse la plus prolifique au monde.

Elle sévit dans les années 1800, où elle arpente moult petits et grands villages bretons dans lesquels elle se fait embaucher comme cuisinière. Qu’il s’agisse d’un couvent, d’une maison de bonne famille ou d’un bordel, elle frappe sans distinction ni motif. Femmes, enfants, vieillards, hommes d’église, tous succombent à ses gâteaux délicieusement mortels et à ses soupes aux herbes maléfiques.

Jean Teulé nous conte donc cette histoire vraie dans un roman intitulé du surnom de la célèbre criminelle.

Un livre qui m’a assez déçue. J’avais découvert cet écrivain avec jubilation dans « Le magasin des suicides » (chronique à venir), puis avec effroi dans « Darling ». Son talent réside dans l’art de mélanger d’une façon très personnelle humour et horreur en faisant ressortir de scènes habituellement glaçantes et épouvantables un aspect humoristique inattendu. Dns ce roman, je n’ai pas retrouvé cette verve mais plutôt un texte à l’écriture aussi sombre et alambiquée que la période dans laquelle se déroule l’intrigue et un récit un peu répétitif.

Pas un des meilleurs romans de Jean Teulé selon moi.

Publié dans : Non classé | le 18 août, 2016 |Pas de Commentaires »

5 Octobre 2016…

gilles2012 livre-et-point-d-interrogation-13075843

A venir…..

Prochain roman de Gilles Legardinier à paraître le 05 octobre 2016…

« C’est une histoire que je porte depuis très longtemps, qui associe tous les styles que j’aime écrire : la comédie, le suspense, l’action, et une intrigue qui – je l’espère – vous emportera. »

Hâte de la découvrir ;-)

Publié dans : Parution | le 17 août, 2016 |Pas de Commentaires »
1...91011121314

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja