Archive pour la catégorie 'Livres'

« Une éternité plus tard » de Nicolas Carteron

Une-eternite-plus-tard

Si vous aimez Musso ou Lévy vous allez accrocher avec le premier roman (il y en a eu 3 autres depuis + un en cours d’écriture) de Nicolas Carteron!

Un roman mi-fantastique mi-romantique bien ficelé avec quelques rebondissements surprenants qui nous tiennent en haleine jusqu’au twist final.

L’histoire: Adam Rasselot est un écrivain en perdition depuis le décès tragique de sa compagne il y a deux ans. Lors d’une balade en vélo dans Paris, il est heurté par un bus, il chute … et se réveille dans une étrange pièce en compagnie d’un vieil homme qui lui remet une liste de 5 noms. Pour obtenir une deuxième chance de changer son destin, il doit parvenir à sauver ces personnes.

Nicolas Carteron sait de quelle manière nous faire patienter par quelques révélations bien placées et des chapitres alternant les événements marquants entre différents personnages dont le sort est intimement liés. Il y a dans ce livre une belle réflexion sur les hasards de la vie et ses bonnes ou moins bonnes surprises, le pardon – peut on toujours y parvenir? – le deuil et la façon que chacun a de porter son fardeau, la répercussion de nos gestes sur les autres.

L’aspect fantastique de l’histoire est intéressant, loin d’être ridicule, il amène une touche de magie et si j’ai cité plus haut deux écrivains que je lis régulièrement, j’ai aussi pensé à deux films de Jim Carrey, « Bruce Tout -Puissant » et mon préféré « The Truman Show » où la vie du personnage principal est guidée par une force supérieure, ce qui nous interroge aussi sur l’existence de notre libre-arbitre.

Info concours: sur ma page FB actuellement et jusqu’au 20 juin, je vous propose (c’est moi perso qui offre ;-) ) de gagner le dernier roman sorti de Nicolas Carteron  »Quand ta lettre est arrivée » dédicacé à votre nom. Alors rendez vous ici: concours Nicolas Carteron ! Bonne chance!

 

Publié dans:Livres |on 10 juin, 2017 |Pas de commentaires »

« La dernière des Stanfield » de Marc Lévy

la derniere des stanfield

Londres. Quelques semaines après le décès de sa mère, Eleanor-Rigby reçoit un courrier anonyme qui prétend qu’elle est loin de tout savoir de sa génitrice et que celle-ci a même commis un crime lorsqu’elle était jeune femme.

Fin fond du Québec, Georges-Harrison reçoit la même missive.

L’auteur mystérieux de ces courriers leur donne rendez-vous dans un café de Baltimore, où ils vont faire connaissance et, ensemble, mener l’enquête sur le passé de leurs mères respectives et tenter de découvrir qui les a réunis.

Si « L’horizon à l’envers » m’avait un peu laissée de marbre au début, j’ai tout de suite accroché avec ce nouveau roman de Marc Lévy. Comment ne pas tomber sous le charme de ces personnages dont les réparties drôlatiquement mordantes sont un régal? L’auteur nous offre dans ce livre une histoire familiale sur trois générations:1944, pendant la deuxième guerre mondiale, les années 80, période de prise d’indépendance féminine et nos jours. Des secrets de famille y sont dissimulés, des crimes, des drames, un père jamais connu…

Un jeu de piste habile à la fois drôle, tendre et humain comme sait nous les conter Marc Lévy.

Un bon cru!

 

Publié dans:Livres |on 9 juin, 2017 |Pas de commentaires »

« Avant d’aller dormir » de S. J. Watson

avant d'aller dormir

Chaque matin, Christine se réveille au côté d’un homme dont elle ignore tout, dans une maison qu’elle ne reconnaît pas.

Et chaque matin, Ben, son mari, doit tout lui expliquer à nouveau: l’accident, sa perte de mémoire qui lui fait tout oublier à chaque fois qu’elle s’endort. Aidée en secret par le docteur Nash, elle tente de reconstituer des bribes de son passé et tient un journal où elle note tout ce dont elle se souvient. Mais certaines réminiscences ne correspondent à ce qu’on raconte à Christine. Alors à qui faire confiance? Ces souvenirs ne sont ils pas fabriqués de toutes pièces?

S. J. Watson signe ici un fabuleux thriller haletant et addictif. Dès les premières pages, j’ai été happé par l’histoire de Christine. Le risque de ce roman était de tomber dans un récit répétitif où chaque matin, l’héroïne doit à nouveau faire le bilan de ce qu’elle a oublié. Mais on ne tourne pas en rond une seule seconde et par un habile tour de force, l’enquête sur la passé de Christine démarre. Chaque jour apporte son nouveau lot de découvertes mais aussi de questions. Autant d’éléments qui relancent la recherche de la vérité jusqu’au twist final inattendu (et pourtant j’avais imaginé plusieurs scénarios…).

Du grand art! Je le recommande!

Info supplémentaire: Un film a été tiré de ce roman avec comme acteurs principaux Nicole Kidman et Colin Firth et d’après les échos que j’en ai eu (merci Magali) il vaut la peine d’être vu.

 

Publié dans:Livres |on 29 mai, 2017 |Pas de commentaires »

« L’art d’écouter les battements de coeur » de Jan-Philipp Sendker

9782253068297-T

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » Antoine de Saint Exupéry

C’est à cette citation que j’ai pensé en refermant le roman de Jan-Philipp Sendker, tant elle reflète bien l’histoire de Tin Win, jeune Birman orphelin d’une extrême intelligence et d’une intuitivité exceptionnelle. Cet extraordinaire don lui permettra de découvrir les beautés du monde qui l’entoure et de connaître un amour unique.

Le roman s’ouvre sur l’arrivée de Julia, jeune avocate New Yorkaise, en Birmanie, le pays d’origine de son père. Ce dernier a disparu, quatre ans auparavant, et la jeune femme cherche à comprendre pourquoi. Elle est alors abordée par un vieil homme répondant au nom de U Ba qui entreprend de lui raconter les vingt premières années de vie de Tin Win.

Un récit passionnant, une explosion de saveurs, de senteurs et de couleurs à travers les paysages de la Birmanie. J’ai eu l’impression de croquer à pleines dents dans une mangue, de m’enivrer du parfum suave de l’hibiscus, de sentir la morsure du soleil sur ma nuque… Un récit philosophique et spirituel inspirant qui donne les clés du bonheur: voir la beauté en toutes choses, laisser s’exprimer son intuition, comprendre que la vie est un passage tout comme la mort et que redouter cette dernière c’est perdre son temps, sublimer l’amour…

Apaisant et d’une grande beauté.

Publié dans:Livres |on 26 mai, 2017 |Pas de commentaires »

« De tes nouvelles » d’Agnès Ledig

de tes nouvelles

J’ai découvert cet auteure avec “Juste avant le bonheur”, un roman qui m’avait énormément secoué, bouleversée, retournée. Depuis, je lis presque tous ses livres. Il n’y a que “On regrettera plus tard” à être passé entre les gouttes… pourquoi je ne sais pas… manque de temps peut être. Mais cela ne m’a pas empêcher de lire son dernier roman et à l’inverse je ne pense pas que mon plaisir sera gâché si je rattrape mon oubli maintenant.

On retrouve donc tous les personnages du précédent roman: Eric, père veuf qui peine toujours à se remettre de la mort de sa femme, Anna -Nina, sa fille de 7 ans, vive, intelligente et adorable, Valentine, institutrice, Gustave, le presque grand-père de la jeune femme et Gaël, le meilleur ami. A nouveau rassemblés, ils vont prudemment former une petite famille et commencer une nouvelle vie.

De l’histoire en elle-même, je ne retiendrai pas grand chose. Parce qu’il ne se passe pas grand chose. Extérieurement en tous cas. Par contre, dans les têtes d’Eric ,et de Valentine surtout, ça cogite sévère. L’un doit apprendre à laisser partir sa peine pour se reconstruire à nouveau et l’autre a faire un choix suite à une rencontre improbable et très perturbante dans la forêt. Alternant les chapitres au gré des pensées d’Eric puis celle de Valentine, Agnès Ledig se fait confidente privilégiée des deux personnages.

Je n’ai pas été vraiment sous le charme de ses deux protagonistes parce que j’ai éprouvé à m’identifier à eux. Je trouvais leur comportement l’un envers l’autre trop lisse, trop convenu, cela manquait de passion et de mouvement. J’aurais aimé plus de rébellion, de colère, de jalousie… je reste sur ma faim.

Intercalée dans cette histoire, il y a, contée avec seulement quelques courts chapitres éparpillées dans le livre, l’histoire de Gustave. C’est lui qui m’a tiré quelques larmes d’émotions.

J’ai aussi été touché par l’histoire de Gaël et sa détermination à réécrire la suite de son chemin.

Selon moi, l’intérêt de ce roman c’est plutôt cette délicate ode à la vie qu’Agnès Ledig construit chapitres après chapitres: le bonheur de faire des choses simples accompagné des gens que l’on aime, l’importance d’une présence, d’un geste tendre, savoir expliquer à un enfant les choses de la vie de manière complice et tous ses petits instants savoureux du quotidien qu’il faudrait prendre le temps d’apprécier. Retrouver son âme d’enfant capable de s’émerveiller.

Pleins de petits indices me font penser que l’auteure, consciemment ou non, s’est beaucoup inspirée de sa collaboration avec Jack Koch (voir “L’Esprit papillon” édité chez Fleuve, sorte de guide de développement personnel) pour écrire ce feelgood book.

Publié dans:Livres |on 21 mai, 2017 |2 Commentaires »

« Une saison à la petite boulangerie » de Jenny Colgan

une saison a la petite boulangerie

Suite des aventures boulangères de Polly ( voir La petite boulangerie du bout du monde)qui, après avoir échoué dans son couple et dans son entreprise, décide de « s’exiler » quelques temps en Cornouailles à Mount Polbearne, petit port de pêche loin de tout.

A présent installée dans un phare en compagnie de son compagnon et de Neil, un petit macareux domestiqué, Polly coule des jours heureux à la boulangerie et régale les habitants du coin et les touristes qui découvrent ce havre de paix. Cependant, le ciel devient soudain menaçant lorsque le nouveau propriétaire de la boutique débarque et semble déterminé à ruiner tous les efforts de la jeune femme. Va-t-elle devoir à nouveau reconstruire sa vie ou surmontera-t-elle les obstacles qui se présentent? Et que penser de Selina, cette jeune veuve inconsolable qui vient de s’installer dans l’ancien logement de Polly?

Cette suite m’a un peu déçue. J’en attendais beaucoup plus. Disparu l’humour réjouissant du premier tome (enfin exception faite de Reuben, l’ami excentrique et millionnaire qui ne doute de rien et surtout pas de lui…), les dialogues sont désormais un peu moins savoureux, plus convenus. Polly peine à s’affirmer devant les attaques de son nouveau boss et les coups du sort. J’aurais préféré qu’elle relève les manches avec des répliques bien senties.

Malgré tout je retire quelques points positifs de cette comédie sentimentale qui reste divertissante: la dernière péripétie est plutôt surprenante et met en valeur les héros ordinaires, cette région battue par les vents et sauvage que sont les Cornouailles me séduisent toujours autant et … j’ai une envie féroce d’adopter un macareux!!!

Publié dans:Livres |on 21 mai, 2017 |Pas de commentaires »

« La vie en mieux » d’Anna Gavalda

CVT_La-vie-en-mieux_3258

Mes yeux parcourent les dernières lignes du roman. Alors que je le referme, je suis parcourue par des émotions intenses et vives, à l’image de Mathilde et Yann, les deux héros du livre. J’ai presque envie d’expirer longuement comme si j’avais besoin de reprendre mon souffle après un effort soutenu.

Anna Gavalda sait nous mettre en condition.

Mathilde, dans la première partie du livre, puis Yann dans la seconde sont des êtres dont l’apparence semble docile, lisse, sans aspérité. Ils font ce que l’on attend d’eux. Mais en profondeur ils étouffent, livrant un combat quotidien pour ne pas sombrer. La routine de leur vie, la petitesse de leurs proches, cette impression plus ou moins diffuse de s’étioler dans un monde sans saveur les ronge de l’intérieur.

Alternant des listes à la Prévert agrémentée d’adjectifs plus ou moins rageurs avec des souvenirs d’une vie révolues et des anecdotes, Anna Gavalda dresse le portrait de deux êtres à la charnière de leur vie: vont-ils se laisser dépérir ou au contraire choisir une autre voie, plus risqué mais ô combien plus lumineuse?

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire (celle de Mathilde en fait car avec Yann les images sont venues toutes seules), la rage de la jeune femme me dérange un peu, sa virulence, sa grossièreté aussi parfois sans que je puisse m’expliquer pourquoi. Mais la soif de vivre de cette femme et cet homme cachée sous une grande lassitude m’ont beaucoup ému.

 

Publié dans:Livres |on 10 mai, 2017 |Pas de commentaires »

« Un bébé? Non merci… » d’Emily Giffin

un bébé non merci

Claudia est Ben sont mariés et ont tout pour être heureux à un détail près: Claudia ne veut pas d’enfant. Il en a toujours été ainsi et Ben pensait la même chose… jusqu’à ce qu’il change d’avis et que cette  nouvelle donne perturbe complètement l’équilibre du couple.

Comme pour « L’autre homme de ma vie », la couverture dessert clairement le propos. Ici , il n’est pas question de s’esclaffer bruyamment des aventures farfelues d’une trentenaire mais plutôt d’essayer de répondre à la question de la maternité: l’envie d’enfant est-elle un passage obligée dans la vie d’une femme? Emily Giffin tente d’analyser cette question au travers des réactions de Claudia et de celles de ses proches. Car il faut reconnaître qu’une femme qui ne veut pas d’enfant est mal perçue même de nos jours : peur de perdre sa liberté, volonté de ne pas confronter un enfant à un monde difficile, égoïsme… les raisons, valables ou non, avérées ou non, sont nombreuses. De plus, Claudia est une femme intéressante à suivre; elle est intelligente, bien dans ses baskets et  n’hésite pas à se remettre en question et à réfléchir sur le sens de cet engagement qu’elle ne souhaite pas mais dont on lui rabat les oreilles.

J’ai de nouveau été agréablement surprise par cette nouvelle histoire agréable à lire, légère et en même temps sensée et dont les personnages font preuve de beaucoup d’empathie et de délicatesse. Peut être pourrait-on leur reprocher paradoxalement cette complaisance… Mais je pense que le but de l’écrivain n’était pas tant de développer un plaidoyer pour ou contre la maternité mais surtout d’expliquer un point de vue. Qui se défend.

Publié dans:Livres |on 6 mai, 2017 |2 Commentaires »

« Comme une respiration… » de Jean Teulé

comme une respiration

Le nouveau livre de Jean Teulé sort des sentiers battus (les siens et ceux des autres en général).

Ici, point de récit sanglant, vicieux, écoeurant ou violent mais une enfilade de courtes histoires que je n’ai pas envie d’appeler non plus des nouvelles.

J’ai plutôt eu la sensation que l’auteur avait rassemblé des idées d’écriture, des anecdotes (autobiographiques ou non) dans un carnet à l’usage de ses lecteurs. On y retrouve sa « patte » grâce à l’humour et à l’ironie qu’il met dedans mais les récits sont plutôt optimistes, moqueurs et amusants.

Je peux pas dire que j’ai réellement aimé ce recueil; Je dirais plus que mon avis est mitigé selon les textes. Certains n’ont pas retenu mon attention parce que le propos étant (à mon sens) sans grand intérêt ou que la chute était inexistante – une nouvelle sans chute laisse carrément sur sa faim….

D’autres histoires, par contre, m’ont beaucoup plus plu et même émue. A l’image de « Salle de réveil », assez malicieuse, « Le fils de Philippe Bertrand » qui est un bel hommage a un homme disparu et aussi « Lui » ou encore « Sophiiie » dont la tendresse ne peut pas vous échapper.

Si vous ne connaissez pas Jean Teulé, ce livre vous fera découvrir une de ces facettes les plus douces…. c’est bien pour commencer!

Si vous connaissez déjà Jean Teulé, oubliez tout, ce recueil n’a vraiment rien à voir !

Publié dans:Livres, Non classé |on 5 mai, 2017 |Pas de commentaires »

« L’autre homme de ma vie » d’Emily Giffin

41GziZ+9M9L._SX210_

En voyant la couverture et en lisant le résumé au dos du livre, je pensais me plonger dans un nouveau roman chick-lit version humour, quiproquo et téquila.

Mais en fait, j’étais un peu à côté de la plaque. Plutôt que le énième récit d’une gaffeuse qui rencontre son premier amour alors qu’elle est en couple avec un pauvre type (je schématise), j’ai plutôt été confronté à… une femme normale face à un choix délicat.

Ellen mène une vie heureuse. Son mari, Andy, est un homme tendre, attentif, amoureux et une belle complicité les unit. Mais cet équilibre vole en éclat lorsque la jeune femme croise au détour d’une rue Leo, son ex qu’elle n’a pas revu depuis 8 ans. Remuée au plus profond de son être, cette rencontre déstabilise le jeune femme qui s’interroge sur le chemin que sa vie a pris et pose l’éternelle question : et si?

Qui ne s’est jamais interrogé sur ses choix de vie? Ellen explore avec un maximum d’honnêteté les décisions qu’elle a prise et ce nouveau tour du destin la force a mettre carte sur table : Andy est-il un choix de complaisance? de facilité? ou une vraie décision du cœur? Est-elle sur la voie qu’elle s’est choisie ou a-t-elle laissé les autres décider pour elle? Et si Leo était le bon?

Dans ce roman, Emily Giffin n’use pas d’humour gaffeur ou d’autodérision ce qui rend le propos sérieux et la question profonde. Les personnages ne sont pas caricaturés mais humains avec ce qu’il faut de faiblesse et de traits de caractère pour les rendre touchants.

Publié dans:Livres |on 1 mai, 2017 |Pas de commentaires »
12345...11

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja