« N’éteins pas la lumière » de Bernard Minier

ob_e714d4_eteins-pas-la-lumiere

ALERTE PAGE TURNER!!!

Je referme à l’instant ce roman de Bernard Minier avec deux sentiments: Waouh (cela concerne le contenu) et Dommage (rapport à mon ordre de lecture… voir en fin de chronique).

WAOUH parce que ce thriller est hyper addictif. Il y avait un moment que je n’avais pas accroché autant avec un livre, à tel point que je commençais à me poser des questions (Aurais-je perdu mon enthousiasme littéraire?).

L’histoire débute lorsque Christine Steinmeyer, animatrice radio, reçoit dans sa boîte aux lettres une missive des plus étranges qui l’accuse et laisse à penser que la personne qui l’a écrite va se suicider le soir de Noël. La jeune femme qui ne comprend rien à cette histoire pense à une erreur. Mais plus tard, un homme l’interpelle directement à la radio et l’accuse à nouveau. A partir de ce moment-là, les événements inquiétants se multiplient et Christine voit s’écrouler peu à peu tous les pans de sa vie. Comme si cela ne suffisait pas, personne autour d’elle ne semble accorder de crédit à ce qu’elle raconte.

Parallèlement, Martin Servaz, un policier dépressif en arrêt maladie, reçoit par la poste un étrange paquet contenant la clé d’une chambre d’hôtel où a eu lieu un an auparavant le suicide d’une jeune femme.

Au départ ce livre m’a beaucoup fait penser à un roman de Karine Giebel,  »Comme une ombre », ou la manipulation mentale est poussée à son maximum. Puis l’histoire prend un autre tournant, et on se lance avec Christine d’un côté et Martin de l’autre, sur la piste du responsable. On pense tenir le coupable et puis…

… les quelques 100 dernières pages sont une vraie décharge d’adrénaline. Non seulement on n’y est pas du tout mais l’auteur nous réserve plusieurs surprises et retournements de situations de taille! Que du bonheur!

Dommage.

Dommage de ne découvrir Bernard Minier seulement maintenant.

Dommage de n’avoir pas commencé par son premier roman car Martin Servaz est un personnage récurrent de l’auteur et j’ai, sans le vouloir, appris quelques petites choses sur ses enquêtes passées.

Cependant, rassurez-vous, ce thriller se déguste très bien sans avoir lu les précédents. Bonne lecture!

Publié dans : Livres |le 6 mai, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja