« Le reste de leur vie » de Jean Paul Didierlaurent

Jean-Paul-Didierlaurent-le-reste-de-leur-vie

Un thanatopracteur – art de prendre soin des morts avant de les présenter à la famille – et sa grand mère font la connaissance par hasard – ou presque – de Samuel, un vieil homme très malade et de Manelle, son aide à domicile.

Ensemble, ils s’embarquent pour un funeste voyage vers la Suisse qui leur réserve bien des surprises…

J’avais déjà adoré le premier roman de Jean Paul Didierlaurent, « Le liseur du 06h27″, une histoire joliment poétique et délicate qui m’avait procuré beaucoup d’émotions. Ce second livre est aussi bon.

Il fait la part belle au service à la personne dans toute sa dimension humaine. Manelle prend un réel plaisir à passer du temps avec ses clients, des personnes âgées, plus ou moins seules, dont la présence de la jeune femme permet de mettre un peu de vie et de lien dans leur morne routine. Ambroise, le jeune thanatopracteur, lui s’acquitte de son métier avec délicatesse et respect pour ces hommes et ces femmes décédés et s’appliquent à leur rendre un visage serein avant leur dernier voyage.

On voit bien, en partie, où l’auteur veut nous emmener mais on s’y laisse glisser avec bonheur. Pourquoi? Parce que c’est bien écrit, agréablement optimiste et joyeux malgré la mort qui rôde, les personnages sont attachants et j’y ai découvert un métier peu connu et pourtant nécessaire.

Je vous conseille la lecture de ce roman et je suis fière de me dire (oui je sais je vais faire preuve d’un peu de chauvinisme) que l’auteur vit à quelques dizaines de kilomètre de moi! Pour ceux qui connaisse, il est originaire de La Bresse ;-)

 

Publié dans : Livres |le 20 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja