« Au fond de l’eau » de Paula Hawkins

Au fond de l'eau

Avec « La fille du train », Paula Hawkins nous avait plongé avec brio dans une intrigue policière vraiment palpitante. Autant dire que j’attendais beaucoup de son nouveau roman.

Nel et Julia ne se sont jamais vraiment bien entendues. C’est donc avec appréhension et répugnance que Julia, dites Jules, quitte Londres pour retourner à Beckford, la ville de son enfance, y enterrer sa sœur et prendre soin de sa nièce qu’elle ne connaît pas.

Sur place, tout semble difficile à la jeune femme qui est contrainte de renouer avec un passé qu’elle a fuit et qu’elle prend à nouveau de plein fouet. De plus Lena, âgée de quinze ans, lui reproche son absence et son manque évident de soutien auprès de sa mère. Pourtant, la thèse du suicide de cette dernière semble complétement improbable, d’autant que la petite ville cache beaucoup de secrets.

Les romans de Paula Hawkins nous plongent dans une ambiance vraiment particulière, sombre, pesante, glauque. Les personnages que l’on croise sont pathétiques, borderline, mystérieux et baignent dans la tristesse et la langueur de leurs échecs. On est bien loin des héroïnes belle comme le jour, puissantes, charismatiques à qui tout réussi. Mais je trouve que ça fait du bien d’avoir face à nous de « vrais humains » fait de chair et de sang et surtout faillible.

Si l’écrivain sait nous mettre en condition lentement à l’image d’une immersion glacée dans les eaux troubles de la rivière de Beckford, elle ne m’a pas emportée jusqu’à fond (de l’eau).

L’intrigue est sans conteste prenante, chaque personnage dissimule des secrets honteux encore pire que ceux du voisin, l’eau exerce un pouvoir enchanteur et terrifiant, les indices semés et récoltés au compte goutte contribuent à nous scotcher au récit. D’autant que les courts chapitres permettent à plusieurs femmes, Lena, Jules, Erin, Louise, Helen, d’aborder l’intrigue sous différents angles.

Ce livre aborde également différents thèmes, le suicide, la dépression, la manipulation et sont traités avec beaucoup de subtilités et d’empathie.

Alors que la quatrième de couverture nous promettait « un ultime rebondissement, qui marquera tous les esprits », j’ai été assez déçue et je reste sur ma faim. J’aurais aimé que Paul Hawkins frappe encore plus fort. Un peu raté selon moi mais ce roman reste un bon thriller malgré tout.

 

Publié dans : Livres |le 27 juin, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja