« Spellman & associés » de Lisa Lutz

spellman et associes

Classé au rayon « POLICIER » de la médiathèque de ma ville, ce roman a attiré mon regard grâce à sa couleur vive et à sa calligraphie bien particulière, très années 50. La silhouette en arrière plan achève de planter le décor : une jeune femme gantée, lunettes noires, vêtue vraisemblablement d’un trench et d’un chapeau semble demander le silence (ou réfléchit?) l’index posé devant la bouche.

Ce roman va donc me conter l’histoire des Spellman, une famille de détective privée. Mais la version de ce métier au doux parfum de mystère, d’Isabelle, une des filles de la fratrie,  est un poil plus trash : le plus souvent vêtue en jean ou en cuir elle ressemble davantage à une Hell’s Angel, son passe-temps favori boire de la bière en regardant les rediffusions de Max la Menace et il n’est pas rare que ses parents la retrouve ivre morte et endormie dans sa voiture ou à même le sol de la véranda parce qu’elle avait perdu ses clefs.

Il faut dire que pour Izzy, travailler en famille n’est pas de tout repos. Impossible d’avoir une vie personnelle sans être prise en filature par son père ou d’avoir un petit ami sans que sa mère épluche le passé du jeune homme. Et là encore, les ressources sont illimitées : casier judiciaire, avoirs, extrait de naissance, bulletin de note… la liste est sans fin. Aucun secret n’échappe à cette famille un brin fêlée surtout pas à Rae, qui du haut de ses treize ans, contribue elle aussi, à faire tourner la boutique.

Alors, lorsque l’adolescente disparaît au moment même où Izzy semble sur le point de résoudre une vieille affaire de disparation, les esprits s’échauffent.

Ce roman policier est désopilant. Les membres le famille Spellman passent leur temps à s’espionner et se faire chanter les uns les autres et dans cette bataille, tous les coups sont permis : micro caché dans les pièces, serrure crochetée, humiliation, chantage… tout y passe mais avec un humour irrésistible.

Ce qui fait la force et la réussite du récit c’est l’amour sans faille que se voue les membres de la famille. Ils ont beau se faire les pires crasses du monde, jamais l’affection qu’ils ont les uns pour les autres n’est remise en question. Pourtant les limites à ne pas dépasser sont souvent allègrement piétinées!

Ce roman, qui est en fait le premier d’une série de 6 volumes est à conseiller à ceux qui aiment les personnages haut en couleurs et farfelus, les répliques pleine de répartie, les enquêtes menées tambour battant.

J’enrichirai probablement cette chronique à chaque fois que j’aurai lu un nouveau tome des aventures des Spellman dont voici la liste complète :

* I. Spellman & associés (2007)

* II. Les Spellman se déchaînent (2008)

* III. La revanche des Spellman (2009)

* IV. Les Spellman contre-attaquent (2010)

* V. Rien ne va plus chez les Spellman (2012)

* VI. Spellman six : The next generation (2014) pas encore traduit en français

Publié dans : Livres |le 20 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja