« Est-ce ainsi que les femmes meurent? » de Didier Decoin

estce ainsi que les femmes meurent

L’affaire « Kitty Genovese » a défrayé la chronique en 1964. Ce crime est resté tristement célèbre tant par sa sauvagerie que part l’aspect inhumain des circonstances: la jeune italo-américaine a en effet été agressé, poignardée et violée sous les yeux de pas moins de 38 voisins. Aucun n’est intervenu malgré ses appels au secours.

Didier Decoin en tire un roman qui dépeint admirablement ce fait divers sanglant. Sous le regard d’un des voisins, policier à la retraite et absent au moment des faits, il retrace la vie de la jeune Kitty et nous raconte ce qui la mené à croiser le chemin du tristement célèbre Winston Moseley, tueur nécrophile qui à l’époque a avoué sans sourciller de nombreux meurtres ignobles.

Outre la personnalité hors normes du tueur, c’est l’aspect psychologique des nombreux témoins qui inspire le malaise. De nombreux psychologues et psychiatres se sont penchés sur cette question. Le Bystander effect ou effet spectateur est depuis un cas d’école bien connu.

Ce livre très bien documenté pose donc la question de la non-assistance à personne en danger, de notre réaction face à un crime: dans un pareil cas que ferions nous?

J’ai trouvé ce livre passionnant, mon seul regret est qu’il n’aborde pas les sentiments des fameux 38 témoins: qu’ont ils ressenti lorsque les médias ont jetés leur absence d’implication à la face du monde? Quels ont été les conséquences sur leur vie, leur estime d’eux-même?

Publié dans : Livres |le 13 mars, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de lecture de 3e
| Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja